Qu’est-ce que la fraude alimentaire?

Avez-vous déjà entendu parler de fraude alimentaire? C’est malheureusement une pratique plus répandue qu’on pourrait le croire. Je me suis renseignée sur le sujet.

 

Une définition de la fraude alimentaire

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by The Snactivist (@thesnactivist) on

 

La fraude alimentaire, c’est l’acte intentionnel de substituer, modifier ou représenter incorrectement un aliment. C’est-à-dire le fait de produire et/ou de vendre un produit alimentaire pour ce qu’il n’est pas! 

Voici une petite anecdote qui me vient d’un de mes amis, dont le père était agriculteur à St-Nicolas, en banlieue de Québec. Tous les étés, il fournissait du maïs sucré à un grossiste qui le revendait en affirmant qu’il s’agissait du fameux « blé d’Inde de Neuville », particulièrement reconnu dans la région. Est-ce que le maïs était de moins bonne qualité? Certainement pas! Mais il s’agissait quand même d’une fraude alimentaire… Dans ce cas-ci, il n’y avait pas d’impact sur l’intégrité de l’aliment, mais malheureusement pour nous les consommateurs, ce n’est pas toujours le cas.

Pourquoi et comment frauder un aliment?

Les causes de la fraude alimentaire sont multiples, par exemple accroitre artificiellement la valeur d’un produit, augmenter son prix ou encore diminuer ses coûts de production. La fraude peut se trouver dans les ingrédients, la fabrication, la transformation ou encore simplement sur l’étiquette du produit ou de l’aliment!

Voici des exemples de fraude alimentaire, qui peuvent toutes nuire à la qualité de cet aliment, mais également, d’une manière plus large, à la sécurité alimentaire. 

  • Le produit contient des ingrédients qui peuvent être poison, cancérigènes, ou dangereux pour la santé
  • Le produit contient des traces d’ingrédients ou de composés chimiques illégaux (par exemple des pesticides bannis)
  • Le produit contient des ingrédients impropres à la consommation, par exemple des aliments périmés, dans un état dégradé
  • Le produit contient un animal qui est mort par un autre moyen que l’abattage standardisé, ou encore un animal malade, ayant reçu des substances non-autorisées pour la consommation humaine
  • Le produit contient des ingrédients qui ne sont pas déclarés sur l’étiquette
  • Le produit contient des ingrédients de qualité inférieure à ce qu’il devrait contenir
  • Le produit contient des ingrédients ajoutés seulement pour augmenter son poids ou son volume, pour le faire paraître plus appétissant ou d’une plus grande valeur que ce qu’il est réellement
  • Le produit est vendu sous le nom ou l’appellation d’un autre aliment
  • L’emballage, le marketing, l’étiquette, la publicité etc., sont conçus pour présenter le produit d’une manière mensongère, trompeuse ou qui porte à confusion.

Des exemples récents de fraude alimentaire

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Azreena Azmi (Makeup Artist) (@missazreena) on

 

En 2013, le détaillant IKEA a été mis en cause dans un scandale qui a secoué toute l’Europe, parce que de la viande de cheval impropre à la consommation a été retrouvée dans ses boulettes suédoises, qui devaient contenir du bœuf. Ces boulettes frauduleuses ont été vendues dans 21 pays (mais pas en Amérique du Nord). Non moins de 66 personnes ont été arrêtées dans cette affaire.

Plus près de nous, suite à des poursuites intentées en 2009, Dannon (filiale américaine du groupe français Danone) a dû retirer ses publicités et verser de l’argent à tous les consommateurs concernés dans le cadre d’un recours collectif contre son yogourt Activia. Le problème ne résidait pas cette fois dans la qualité du produit, mais bien dans son marketing qui, pendant des années, avait attribué au yogourt des vertus de régulation du transit intestinal, alors que ces bienfaits n’étaient pas médicalement ni scientifiquement prouvés.

Les produits les plus susceptibles d’être frauduleux

Selon une étude menée en 2017 par l’Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse[1], 5 aliments en particulier sont considérés plus à risque que les autres d’être frauduleux.

1. L’huile d’olive

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by LA BELLE EXCUSE (@la.belle.excuse) on

 

Il s’agit malheureusement d’une fraude extrêmement répandue : selon une étude américaine datant de 2012, seulement 9 parmi 23 marques d’huiles d’olive importées identifiées comme étant « extra-vierge » passaient le test[2]!

Les producteurs, en particulier ceux d’Italie –mais pas uniquement-, peuvent par exemple vendre des huiles plus vieilles, de qualité inférieure, faire des mélanges de grades d’huile, diluer le produit avec d’autres huiles de qualité inférieure (comme de l’huile de soya) ou encore désodoriser/colorer/parfumer leurs huiles artificiellement.

Comment s’en prémunir : Malheureusement, pour ce qui est de l’huile d’olive, un prix bas (voire très bas) augmente beaucoup les chances d’acheter un produit frauduleux. L’huile d’olive ne devrait pas non plus avoir un parfum ou un goût très fruité/sucré; une bonne huile d’olive a plutôt une odeur et un goût un peu herbacé, avec une légère pointe d’amertume (qui est, contrairement à ce que beaucoup de gens croient, un gage d’excellente qualité)! 

Il est d’abord possible d’essayer de choisir une huile provenant de d’autres pays que l’Italie, par exemple la Grèce, l’Espagne ou même les États-Unis, qui sont moins susceptibles d’être frauduleuses. Acheter des huiles provenant de plus petits producteurs plutôt que des grandes marques minimise de plus les risques. Les meilleures et plus authentiques huiles d’olive sont finalement vendues en bouteilles foncées et indiquent des informations spécifiques sur l’étiquette, comme le numéro de lot, la date de récolte, la date de production ainsi que la date de péremption de l’huile.

Ceci n’est pas une publicité, mais il existe même une entreprise québécoise productrice d’une excellente huile d’olive, qui vient directement des terres familiales en Grèce. Il s’agit de La Belle Excuse; les encourager coche toutes les cases à la fois!

2. Le fromage Parmesan

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Soo Kim (@soocookie) on

 

Cette fraude concerne le parmesan qui est vendu déjà râpé. Le problème : le produit peut contenir de la pulpe de bois. Il s’agit d’un ingrédient comestible et sans danger en plus petite quantité; le corps humain ne peut en fait pas le digérer. Les manufacturiers affirment qu’il s’agit d’un moyen d’éviter que le parmesan ne colle ensemble... Mais selon certains experts[3], il arrive que les manufacturiers « cèdent » à la tentation d’en utiliser plus que nécessaire, afin de réduire les coûts.   

Comment s’en prémunir : Acheter le parmesan non-râpé! Rechercher l’appellation « Parmigiano-Reggiano », qui est d’ailleurs inscrite sur la croûte extérieure de chaque meule de fromage. Se méfier des prix très bas. Éviter les produits qui contiennent de la « cellulose » (la manière dont cet ingrédient est indiqué).

3. Les fruits de mer

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Marie-Ève Laforte (@marieevel) on

 

Les poissons et les fruits de mer sont « la catégorie la plus problématique pour ce qui est de la fraude alimentaire », affirme Larry Olmsted, un auteur et journaliste américain expert en la matière.

Le plus gros problème est de faire passer une espèce (moins chère, moins prestigieuse, ne provenant pas de sources, durables etc.) pour une autre. Et ce problème ne touche pas seulement les épiceries, mais aussi les cafétérias et les restaurants (incluant ceux qui servent des sushis). Une étude américaine menée en 2013 a révélé que 38 % des restos et 74 % des comptoirs à sushis avaient effectivement des problèmes d’étiquetage[4].

Comment s’en prémunir : C’est difficile! Acheter seulement de plus petits détaillants, en qui vous avez pleinement confiance? S’informer systématiquement sur la provenance? 

4. Le miel

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Pixie Jenkins (@pixiejenkins) on

 

Pourquoi le miel est-il plus susceptible d’être frauduleux? Parce qu’il est parmi les « sucrants » les plus chers ET qu’il est très facile à altérer sans que le consommateur s’en rende compte. 

Par exemple, le miel peut être dilué avec du sirop de maïs à haute teneur en fructose ou encore avec d’autres types de sucre liquide. Le miel provenant de Chine est particulièrement mis au banc des accusés.

Comment s’en prémunir : Acheter du miel local provenant de petits producteurs, par exemple dans un marché public. 

5. Le café

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Leo Coalhada (@leocoalhada) on

 

Dans le cas de cet aliment, le problème est à deux volets : d’abord, celui de vendre du café de qualité inférieure ou d’autres provenances comme appartenant à une appellation rare (et plus chère), par exemple le Blue Mountain de Jamaïque ou le Kona d’Hawaii. L’autre fraude concerne spécifiquement le café moulu, qui peut être mélangé à d’autres ingrédients dans le but d’augmenter son poids (des brindilles, de l’orge, des fragments d’épis de maïs, des petits caillous, etc.)

Comment s’en prémunir : Acheter du café en grains et le moudre soi-même. Privilégier de plus les petits commerçants offrant du café équitable, qui est donc beaucoup plus susceptible d’être traçable.

Et le bio là-dedans?

En tant que grande défenseure du bio depuis toujours, je sens souvent le doute et le questionnement des gens à ce propos. Beaucoup de gens se demandent si ça vaut en effet la peine de payer plus cher « pour n’être même pas sûr » que le produit est réellement bio!

Mais au-delà des perceptions, il reste qu’acheter bio (et particulièrement s’il s’agit d’un produit local ou à tout le moins transformé ici) est en fait un excellent moyen de se prémunir des fraudes alimentaires! Selon Thierry Jean, directeur général chez Prana, une entreprise d’ici qui offre surtout des noix et fruits séchés biologiques, les produits bios font partie « du système le plus réglementé et surveillé au Canada. Nos normes en matière de produits biologiques comptent en effet parmi les plus reconnues au monde[5] ».

En conclusion

La majorité des fraudes alimentaires ne sont pas néfastes pour notre santé, mais c’est une situation très frustrante quand même! Et dans certains cas, ça peut devenir un réel problème, par exemple pour les personnes qui ont des allergies alimentaires ou des intolérances. Et il y a malheureusement eu aussi plusieurs cas de fraudes qui ont mené à de véritables crises de santé publique dans le monde!

Selon le Dr. Sylvain Charlebois de l’Université Dalhousie, « malgré les apparences, la fraude alimentaire peut faire des victimes. Toute l’économie alimentaire repose sur la confiance des consommateurs. Une fois que cette confiance est perdue, ça devient beaucoup plus difficile de bien développer ce secteur et de définir une proposition qui a une vraie valeur[6] ».

 

[1]Source (en anglais)

[2]Source (en anglais)

[3]Source (en anglais)

[4]Source (en anglais)

[5]Source : Communiqué de presse reçu dans le cadre de la semaine bio

[6]Source : Ibid (Traduction libre)


Vous aimerez aussi:

27 substitutions faciles pour vos recettes          10 erreurs que vous faites sans doute en cuisine
 
Les 10 meilleurs vins à moins de 10$
27 substitutions faciles pour vos recettes Couper la viande contre le grain Coupes de vin

 

Sur le même sujet

Facebook

Ta prochaine recette!