D'où provient notre traditionnel menu de Noël?

Chaque année le 24 décembre, des millions de Québécois se réunissent en famille pour partager le traditionnel souper de Noël. Mais combien d'entre eux savent vraiment quelle est l'origine de ce repas si particulier?

Nous avons fait appel à Michel Lambert, fondateur du site Cuisine patrimoniale du Québec et auteur de la collection Histoire de la cuisine familiale du Québec, pour en avoir plus.

Un «traditionnel» souper de Noël au Québec depuis 1671

Mère qui montre la dinde à ses enfants

Getty

L'origine du menu de Noël au Québec ne date pas d'hier. Elle remonte à l'hiver 1671-1672, selon ses recherches. C'est en effet les traces écrites les plus anciennes que l'on ait en notre possession et qui attestent d'un souper de Noël au Québec. « J'ai retrouvé les écrits d'un certain Père LeJeune, un missionnaire Jésuite qui a témoigné sur le sujet, dit Michel Lambert. Il a notamment évoqué dans ses écrits que, grâce au savoir-faire chasseurs des autochtones, il a pu se régaler d'un repas de Noël composé de viande d'orignal et de castor ».

Les tourtières, la dinde et les desserts viennent de loin

Le bœuf et le porc n'étaient pas à l'époque des viandes qui existaient en grande quantité, car elles impliquaient de nombreuses contraintes, dont la principale était de devoir stocker de la nourriture pour nourrir les bêtes l'hiver. De la France, les Québécois ont hérité des pâtés à la viande (tourtières), des beignes et de la tarte au sucre, qui est une recette de la Picardie, une région du Nord du pays.


Vous aimerez aussi:
10 délices en forme de sapin de Noël
10 astuces originales pour la bouffe du temps des Fêtes
Brownies de Noël au chocolat et à la menthe poivrée


De son côté, Christophe Colomb a apporté avec lui la dinde, qui fera le bonheur de millions de Nord-Américains. La gelée de canneberges est aussi une tradition américaine. « 70% du repas de Noël québécois est constitué de plats provenant des États-Unis. Le reste vient de la France, dit Michel Lambert. Le menu québécois a évolué d'année en année et s'est stabilisé autour des années 60 ».

Les effets de la publicité sur notre menu des Fêtes

dinde qui se fait couper

Getty

Les oies consommées à Noël par les Québécois ont été remplacées à la fin des années 40 par des dindes à cause de la publicité! « Il y avait au Québec une entreprise qui s'appelait Dominium et qui importait des dindes des États-Unis et de l'Ontario et qui en faisait la publicité, explique-t-il. C'est à partir de cette période que la dinde s'est mise au menu du souper de Noël et de celui de l'Action de grâce ».

Famille qui soupe ensemble à Noël

Dick Luria / Thinkstock


Il ne faudrait pas croire que le souper de Noël a toujours été celui que l'on connait. « Pendant des années et jusqu'à la génération de ma mère, il n'y avait pas de festin comme on peut en connaître de nos jours à Noël, continue Michel Lambert. On soupait légèrement, on allait à la messe le 24 au soir et au retour on mangeait des beignes et des chaussons à la viande et c'était tout. C'est le lendemain qu'on cuisinait des saucisses et des plats plus consistants. Le festin, c'était plutôt pour le 1er de l'an ».

Vers des tartares, des sushis et des fondues

Le menu de Noël n'est pas figé dans le temps et ne le sera jamais probablement jamais. À mesure que la gastronomie évolue, que de nouvelles cultures viennent enrichir le paysage culinaire québécois, le souper de Noël se transforme. On risque de retrouver pendant longtemps encore sur nos tables le 24 décembre betteraves marinées, tourtières, légumes racines, cipailles, ragoûts de pattes de cochon et boulettes, patates pilées, sucre à la crème, dindes farcies, bûches, lait de poule et autres punchs de Noël, mais pas uniquement. « Certains plats apparaissent, comme des tartares, des sushis, des fondues chinoises ou bourguignonnes... c'est une perpétuelle évolution », conlut Michel Lambert.

Qui sait; un jour aurons-nous peut-être au souper de Noël une paella, une pizza calzone et une dinde... car non, la dinde, ça ne changera jamais!


Découvrez notre dossier complet sur Noël, ici:

Poitrine de dinde à la mijoteuse

chelseasmessyapron.com


Commentaires

Sur le même sujet

Facebook

Ta prochaine recette!

  • Salade de chou asiatique

    Temps: 20 min. Portions: 4-6
    2-3 tasses de chou vert, 2-3 tasses de chou rouge, carotte, concombre libanais, poivron rouge, edamames, oignons verts, arachides, huile neutre, huile de sésame, vinaigre de riz, sauce soya, poudre d'ail, poudre de beurre d'arachide, Sriracha ou sambal oelek
  • Tarte tatin aux pêches

    Temps: 50 min. Portions: 6
    de farine tout usage non blanchie, beurre, eau, grosses pêches, sirop d’érable, beurre