Manger sans-gluten, ce n'est pas pour tout le monde!

Si vous étiez capable de retourner dans le passé, combien d’années vous faudrait-il parcourir avant que les gens ne vous regardent étrangement quand vous dites le mot gluten? 5 ans? 10 ans? Le gluten fait peut-être maintenant partie du vocabulaire courant, mais c’est tout récent. Et avec la tonne d’informations qui circule à son sujet, difficile de faire la part des choses.

Le gluten, c’est quoi?

Croissants accompagnés d'un café

Le gluten, c’est un composé de deux protéines : la gluténine et la gliadine. On le retrouve naturellement dans le blé, le seigle, l’orge et le triticale (une céréale généralement utilisée pour nourrir les animaux). Le gluten est ultra important pour la texture des produits de pâtisserie et de boulangerie. Le croustillant de votre baguette et le moelleux de votre pain, c’est le gluten qui fait ça!

Même si le gluten ne se trouve naturellement que dans quelques céréales, il s’est taillé une place dans une panoplie de produits transformés, sous forme d’ingrédient. Ainsi, quand on utilise une de ces quatre céréales, le produit risque de contenir des traces de gluten.

Est-ce qu’on doit éliminer le gluten?

Si on se fiait à certaines blogueuses « bien-être », tout le monde bénéficierait de retirer le gluten de son alimentation. Pourtant, ce n’est pas la réalité. En fait, environ 1% de la population souffrirait d’une maladie nommée la maladie coeliaque. Chez ces gens, le gluten cause effectivement des dommages, notamment à l’intestin. C’est que leur corps réagit de façon anormale en présence de gluten. Il leur faut donc totalement l’éliminer de leur alimentation.

On croit également que certaines personnes qui ne souffrent pas de cette maladie seraient tout de même sensibles au gluten. Il est toutefois difficile, pour le moment, d’évaluer quel pourcentage de la population est réellement affecté, mais la Fondation Québécoise de la Maladie Coeliaque l’estime entre 3% et 6%. On s’entend pour dire que ce n’est pas la majorité de la population!

Comment savoir si je dois arrêter d’en manger?

C’est bien beau tout ça, mais comment savoir si on réagit mal au gluten? Les symptômes sont généralement digestifs comme des maux de ventre, diarrhée, constipation, mais peuvent également se présenter sous d’autres formes telles que l’eczéma, des douleurs articulaires, des maux de tête, de la fatigue ou de l’anémie.

Si vous présentez un ou plusieurs de ces symptômes et que vous croyez que vous réagissez mal au gluten, le mieux est d’en parler à votre médecin. Il existe des tests médicaux qui permettent d’établir un diagnostic beaucoup plus fiable que la simple lecture d’un blogue sans fondement scientifique.

Est-ce que je peux manger sans gluten quand même?

Oui, vous pouvez manger sans gluten même si vous ne souffrez pas de la maladie cœliaque ou d’une sensibilité non cœliaque au gluten. Cependant, sachez simplement qu’il s’agit d’une diète médicale qui élimine plusieurs aliments. Elle n’amène pas de bienfaits chez ceux qui n’y sont pas sensibles. De plus, éliminer le gluten sans d’abord passer des tests médicaux pourrait retarder le temps de diagnostic.

Cela dit, il est vrai que l’alimentation nord-américaine repose beaucoup sur le blé. Et il ne peut être que bénéfique d’apprendre à varier les grains. Blé, riz, orge, quinoa, sorgho, millet, amaranthe… Ce ne sont que quelques grains (entiers de préférence!) qui méritent clairement de se tailler une place dans votre assiette, qu’ils contiennent du gluten, ou pas!

Pour plus d’informations à ce sujet, n’hésitez pas à consulter le site web de la Fondation Québécoise de la Maladie Cœliaque

Commentaires

Sur le même sujet

Facebook

Ta prochaine recette!

  • Crostinis aux patates douces, oignons rouges marinés et fromage

    Temps: 35 min. Portions: 8 à 10 crostinis
    tranches de pain baguette, fromage à pâte ferme, patate douce, huile végétale à cuisson au choix, ail, graines de fenouil, cumin moulu, vinaigre balsamique, sambal oelek, Sel et poivre, oignon rouge moyen, vinaigre de cidre, sirop d'érable, sel
  • Croquettes de polenta aux champignons, canneberges et fromage

    Temps: 35 min. Portions: 24 croquettes
    champignons blancs, oignon, ail, huile végétale à cuisson, canneberges séchées, Les feuilles de 3 branches de thym, eau, semoule de maïs, fromage cheddar, levure alimentaire, sambal oelek, vinaigre balsamique, sirop d'érable, Sel et poivre, semoule de maïs, huile végétale à cuisson